Décès de Christian TROCQUE, Maire Honoraire
--------------------------------------------------------------------------------------------
C’est avec une grande émotion que nous venons d’apprendre le décès de Monsieur Christian TROCQUE, notre maire honoraire dans sa 85ème année.

Discours lu lors de ses obsèques:

Chers amis,

Permettez-moi, en quelques mots comme un adieu, d’évoquer un instant la mémoire d’un homme qui, placé à la tête de la commune, en fût, durant 25 ans, non seulement la tête, mais le cœur ; notre ami et regretté Christian TROCQUE, ancien maire de la commune.

C’est avec le plus sincère des regrets que nous le vîmes, en 2008, s’écarter des affaires communales, où sa droiture, son bon sens, son expérience étaient pour ses collègues un exemple à la fois, et un modèle. Elu en 1965, comme conseiller municipal dans l’équipe de Monsieur Pierre GOUBARD, en 1971 il en devint son adjoint. Il fût ensuite élu maire à 4 reprises entre 1983 et 2008. Responsable de la section Ordures ménagères au sein du SIVOM de Honfleur, il a mis en place le tri sélectif dans le canton. A la création de la CCPH, il devint président de la section environnement, puis il eut en charge les ordures ménagères et les inondations notamment.

En entrant dans la vie politique, Christian Trocque créa, avec d’autres bénévoles, la cantine scolaire et il en assura bénévolement la gérance de 1966 à 1977 et on pouvait le voir faire les courses pour l’association tous les samedis matins, habitude qu'il n’a jamais quitté. Il participa aux activités du Comité des fêtes de 1965 à 1983 et en fût président pendant 10 ans. Il était le premier fidèle défenseur de notre fête Patronale, toujours préoccupé de la bonne organisation et de son bon déroulement.

Durant sa jeunesse, Christian Trocque se passionna pour le football, il y joua à Honfleur, puis entraîna les plus jeunes. Sa passion était telle, qu’il s’organisait pour ne pas faire de réunion de conseil municipal les soirs de matchs. Quand il cessa ses fonctions, il retrouva une autre passion, son jardin plus particulièrement son potager situé près de ses moutons.

Christian Trocque était soucieux des intérêts de la commune, mais aussi du progrès et d’une amélioration matérielle et morale constante. Rien ne lui coûtait, dès lors qu’il avait compris sinon la nécessité, du moins l’utilité d’une dépense. En 1986, avec son équipe municipale il installa l’assainissement collectif dans le bourg, développa et renforça les réseaux d’eau potable, créa des logements et en 2000, une nouvelle école maternelle. L’arrivée d’un magasin multi-services en 2005 concrétisa son vœu si cher de voir revenir un commerce à Ablon. Parmi toutes ces réalisations, la dernière fût celle de l’école primaire, la bibliothèque et des locaux socio-éducatif en 2006. Chacun des élus ici réuni, peut confirmer qu’il se donnait tout entier pour le plus grand bien de tous et de chacun. L’intérêt général, d’Ablon et de ses habitants, était sa devise, son principe, sa règle.

Il était reconnu pour défendre avec assurance et détermination et, parfois s’il le fallait, avec autorité, les dossiers les plus délicats tant pour sa commune que pour le SIVOM ou la Communauté de Communes. Christian Trocque était un maire entièrement dévoué à sa commune. Extrêmement sensible, combien de discours ont été apostrophés, ponctués de sanglots dans la voix, voire par de longs silences. Lors de ces cérémonies, on pouvait s’attendre à cet instant, comme une évidence de voir surgir la sensibilité de cet homme robuste, tandis que lui, la redoutait.

Comment ne pas appréhender des instants quand parfois dans le regard de certain, il retrouvait des familles endeuillées notamment par les accidents de la Nobel, dont il fût parmi les premiers témoins. Ces catastrophes ont été les plus grandes épreuves de sa vie d’élu.

En ceci, comme en beaucoup d’autres choses, on constate la valeur des hommes que lorsqu’on les a perdus. L’histoire met chacun à sa place, aujourd’hui un chapitre de l’histoire communale se referme, votre nom s’inscrit dans les souvenirs. Dans notre modeste coin de Normandie, nous devons nous aussi, garder le souvenir de l’exemple de ceux qui nous ont frayé un chemin, celui du devoir et de l’honneur.

Pour l’assurer de la reconnaissance de la République Française, Christian TROCQUE a été élevé au grade de chevalier dans l’Ordre National du Mérite, puis en 2009 J’ai demandé au Préfet qu’il soit nommé Maire Honoraire, il disait à ce sujet « vous n’avez pas eu assez de mes 25 ans de maire, pour qu’aujourd’hui on me nomme maire honoraire, c’est-à-dire : maire à perpète ». Je pense aussi aujourd’hui à ses équipes municipales, attristées, et particulièrement ses adjoints. Il avait su s’entourer de collaborateurs auprès desquels il trouvait un soutien, un appui, une fidélité, c’est pourquoi en 2010, il reçut avec Bernard HUBERT, la Médaille Régionale Départementale et Communale d’Or pour ses 43 années de vie communale. Comme un gardien modèle de ce coin de terre où la Providence l’a placé, nous, élus, continuerons de l’honorer, de l’imiter et, comme lui, de tracer sans exagération, le sillon d’une vie laborieuse, fraternelle et compatissante à tous.
Tous ces témoignages d’affection et de regret, aujourd’hui dans cette église Saint Pierre-ès-liens qu’il connaissait bien, prouvent que sur terre, Christian TROCQUE aura été pour la commune un représentant digne et fidèle.

Dans sa vie personnelle, il était un époux aimant et attentionné, et un père et grand-père affectueux car, bien sûr, il chérissait plus que tout, sa famille. Christian TROCQUE fût un élu de proximité reflétant cette époque où, il pouvait être appelé de jour comme de nuit, lorsqu’il y avait un incendie, lorsqu’une fuite d’eau était signalée, lorsque les alarmes des écoles sonnaient, ou bien encore lorsque la Morelle sortait de son lit pour inonder le quartier du Noyer. Nombreux furent ces instants d’intimité troublés par la vie communale et la responsabilité de ses fonctions.
Nous adressons nos pensées les plus chaleureuses à sa femme Gisèle à qui, il avait dit « j’aurais préféré que tu partes avant moi, pour ne pas que tu sois malheureuse », nous pensons également à ses enfants et toute sa famille dans cette douloureuse épreuve qu’ils traversent.

Cher Christian TROCQUE, c’est guidés par votre exemple que nous continuerons la même tâche, jusqu’au jour où, à notre tour, nous irons vous rejoindre dans ce lieu où l’on ne se quitte plus.
Vous nous avez laissé la fierté d’un passé sans reproche et l’espoir d’un avenir sans peur.
Comme vous l’auriez fait aujourd’hui, je souhaiterais finir par un « Vive Ablon »


--------------------------------------------------------------------------------------------
Ajouté le 12/03/2017