RUPTURE DU RPI
--------------------------------------------------------------------------------------------
Conformément au décret ministériel n°2017-1108 du 27 juin 2017, par courrier en date du 29 juin dernier, nous demandions au directeur académique une dérogation pour une organisation de la semaine sur 8 demi-journées d’enseignement, à savoir les lundis, mardis, jeudis et vendredis. Par courrier en date du 7 juillet, il a décidé de répondre défavorablement à notre demande en motivant le refus que « les conseils d’école ne se sont pas prononcés » et que « l’autorité en charge des transports n’est pas en mesure de garantir les ramassages scolaires ».
Face à ces arguments injustifiés et après une analyse attentive du traitement des dossiers de nos homologues maires du département et donc, des avis qui leur ont été émis. Nous avons soulevé des inégalités, les communes qui ont reçu un avis favorable, n’avaient pas toutes, des propositions de conseils d’école sur le retour de la semaine à 4 jours. Nous avons en notre possession, comme les services du directeur académique, les dossiers de demande. D’autre part, un responsable départemental des bus verts m’a indiqué vous avoir donné un avis réservé "général" sur l’ensemble des collectivités qui demanderait le retour à 4 jours. Dans notre RPI ABLON-GENNEVILLE, les bus effectuent le ramassage scolaire avec des horaires inchangés depuis 40 ans.

Devant cette incompréhension, nous soupçonnons notre Inspectrice de l’Education Nationale d’avoir torpillé notre dossier, telle qu’elle l'avait projeté en nous l’écrivant le 23 juin dernier. Cela n’est pas un coup d’essai car tous les aménagements de rythmes que nous avions proposés ces dernières années, ont tous été refoulés. En consultant d’autres élus de la circonscription et du département, nous avons observé des disparités dans le traitement des dossiers.

Mon collègue de Genneville et moi-même avions déclaré aux services de l'Education Nationale nos intentions de rompre le RPI, pour exprimer notre mécontentement. Rapidement, nous avons obtenu un rendez-vous avec l'adjoint du directeur, nous lui avons renouvelé nos intentions de rompre le RPI, face au maintien des 4 jours et demi à la rentrée prochaine.

Donc, par décision unanime de ce mercredi 19 juillet, le Conseil Municipal d’ABLON a délibéré POUR la rupture de RPI ABLON-GENNEVILLE datant de 1972, avec effet dès la rentrée 2017.

Notre décision est de garder l’intérêt de l’enfant, et notamment sa fatigue enregistrée depuis quelques années, au cœur de notre préoccupation. L’Etat, en ayant reconnu les imperfections des précédents rythmes, a permis aux collectivités de revenir à la semaine des 4 jours. En refusant de revenir sur sa décision, le directeur exprime un choix qui va à l’encontre du souhait du président de la république qui est de laisser davantage d’autonomie aux communes sur la question des rythmes scolaires. De même, les conclusions du rapport de l’académie de médecine sur les rythmes scolaires démontraient que la semaine de 4 jours et demi voire 5 jours par semaine était bénéfique pour la chronobiologie de l’enfant, mais en libérant le mercredi.

Le conseil municipal, a délibéré également sur le maintien du RPI en cas de revirement de situation et que l'avis du directeur académique deviendrait favorable pour la rentrée 2017.

Considérant l’absence de fonctionnement de la direction académique entre le 21 juillet et le 21 août, nous prendrons l’initiative de reconstituer nos effectifs pour chacune de nos communes dès la semaine prochaine afin que les enseignants se « partagent » les différents niveaux et se réorganisent.

Nous informerons la population de cette nouvelle organisation, au plus tard, le 28 août prochain.

XC
--------------------------------------------------------------------------------------------
Ajouté le 19/07/2017